Jour 285 : Cowboys & Astronautes

Après Albuquerque, on a continué notre descente jusqu’à Houston. On a décidé de prendre un petit bout de la route 66 avant de bifurquer inexorablement via la campagne texane. Parce que bon, les grosses routes c’est rigolo, mais les trous paumés c’est mieux.DSC_6070Du coup on a commencé la route 66 au Nouveau Mexique.DSC_6079On y a vu d’énoooormes travel centers, dignes de films des années 70.DSC_6082 DSC_6084 DSC_6092 DSC_6096Juste après Santa Rosa, on a tourné à droite pour commencer la descente. Et là, par le plus grand des hasards, on s’arrête à Fort Summer, une ville cliché à base de cowboys et typos du far west. Il s’avère que cette ville fut la dernière de Billy the Kid, et que sa tombe est en accès libre pour des visites.DSC_6097 DSC_6098 DSC_6106Apparement, Joe Grant s’est également fait tuer le 10 Janvier 1880 (j’sais pas qui c’est mais j’ai trouvé ça fou de voir cette stèle) : DSC_6113La campagne du Nouveau Mexique, c’est un peu crade, mais on y trouve quelques zones cools.DSC_6119 DSC_6120 DSC_6123 DSC_6125Et après ça…bah…on est arrivés au Texas ! C’était en mode Monster trucks, qui ont la flemme d’aller faire demi tour au prochain croisement, et qui traversent donc les terre-pleins au milieu des routes.DSC_6126 DSC_6131On a fait cette grosse descente en deux jours, et du coup on a dormi dans un KOA un peu miteux à Abilene. Le lendemain, après avoir pris la route, on s’est arrêtés dans un village car on a eu besoin de s’acheter des légumes sur un marché de petits producteurs à santiags et chapeaux, mais on n’avait plus de cash, alors on nous a envoyés à la « banque ». Une vraie banque de Lucky Luke, avec un coffre en métal prêt à être volé par des gars recherchés par des chasseurs de têtes.DSC_6144 DSC_6132 DSC_6136C’était tellement cool comme endroit qu’on a commencé à parler avec la madame à la choucroute décolorée façon Dallas, et elle nous a fait visiter leur salle de pause. On aurait dit que le temps s’était arrêté. On aurait presque dit un attrape touriste tellement chaque objet avait l’air tiré d’un musée. Mais, ils ne voient tellement jamais de touristes qu’ils n’ont jamais eu à retirer de l’argent via une carte bancaire étrangère (pourtant, on avait une carte canadienne). Non, ce n’est pas un lieu fait pour les touristes, c’est leur simple réalité. Du coup, on n’a pas pu retirer de sous, et on n’a pas mangé de tomates.DSC_6139 DSC_6141 DSC_6143Après cette descente jusqu’au Golfe du Mexique, on a fini par atteindre Houston. La NASA allait bientôt fermer, alors on a filé tout droit jusque là bas. On a pu avoir un ticket 2 jours, vu notre arrivée tardive. Alors on a commencé notre visite le soir, avant d’y retourner le lendemain.DSC_6165Thomas qui touche un bout de lune :DSC_6169 DSC_6179On a ensuite trouvé un camping. A Houston, y’en a pas des masses (on ne dort pas dans la rue dans les grandes villes). Le seul libre était un trailer park (où des gens habitent à l’année). C’était vraiment chouette, au bord de l’eau. On a eu une conversation complètement hallucinante avec une bonne texane pro armes, qui voulait nous la montrer, et dénonçait ce gouvernement qui voulait lui interdire de porter son arme, mais ce serait « over her dead body », elle nous a expliqué des choses atroces sur l’ouragan Katrina, que tous les pauvres gens sinistrés arrivaient à Houston, et qu’elle et ses compagnons les attendaient avec leurs armes à la barrière pour les empêcher d’entrer. Bien sur, ces personnes sinistrées étaient noires, et les personnes du camp blanches. Le Texas, c’est aussi le début de cette vision nauséabonde de drapeaux de confédérés dans les champs, un peu partout. Bref, on a bien fait attention à aller faire pipi avant que tout le monde se couche, pour ne pas avoir à se lever dans la nuit et en effrayer un.
Au petit matin, une bande d’oies est venue nous réveiller (nous dormions le coffre ouvert, avec la moustiquaire, et un ventilateur nous rafraîchissait tant bien que mal). La dame nous a expliqué qu’elle lâchait les oies, parce que ça faisait fuir les serpents qui arrivaient du point d’eau. Yeah.
DSC_6197(Ca, c’est des mues de scarabées qui ont doré par magie)DSC_6203Bref, on est retournés à la NASA. On y a vu plein de trucs chouettes : Apollo 18, des prototypes de fusées, de robots de l’espace, des maquettes échelle 1 de capsules, des tenues, des accessoires, des échantillons, la vraie salle de Mission Control, où ont été entendus les mots de Neil Armstrong après avoir atterri sur la lune « The Eagle has landed »…

 

« That’s one small step for a man,
one giant leap for mankind. »

 

…MYTHIQUE !
DSC_6208 DSC_6216 DSC_6222 DSC_6227Ca c’est un espace dédié à ceux qui veulent s’offrir une petite virée dans l’espace (si j’ai bien compris, ils ont perdu la plupart de leurs financements publics) :DSC_6240Et ça c’est Apollo 18 :DSC_6264Voilà. C’était vraiment chouette. Genre vraiment.
IMG_20140820_180324
Next step : New Orleans ! Bizou.

 

Daft Zoé Punk.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s